Flower artist

Voici mon parcours pour les curieux :

Après des études sur Bordeaux à l’ECV en communication visuelle (2001-2005) option animation/multimédia, j’entre un an en fac de LEA Anglais-chinois à la Rochelle, ma ville natale, en attendant de retravailler mon book – et ainsi espérer continuer des études plus poussées d’arts visuels au Canada.

C’est alors que mon ancien prof d’animation m’informe d’une offre d’emploi chez Asobo studio, studio de jeux vidéo sur Bordeaux formé par des anciens de Kalisto. Youpi, je suis embauchée. Après un déménagement à la Cité Mondiale, des péripéties, une forte expansion surtout dix ans plus tard, je décide de changer d’orientation.

Grâce à mon entreprise et aux organismes de formation, j’effectue un bilan de compétence (ce que je conseille à toute personne une fois dans sa vie)… le résultat me donne une affinité avec la fleuristerie.

J’entame donc une formation de 3 mois chez Formafleurs à Roumagne, près de Marmande. J’effectue 3 stages (La Bouquetière Tome II, Mandragore et Mariage de Fleurs) très intéressants et instructifs qui me confortent dans mon projet. J’avais pour projet de passer le CAP Fleuriste, mais les circonstances font que je ne peux pas y assister. Qu’à cela ne tienne, cela me laisse un an de plus pour réviser ! :]

En cherchant une accroche pour ma carte de visite et en cherchant des références parmi les fleuristes existants je trouve ce terme « FLOWER ARTIST ». (Une fleuriste que j’admire beaucoup, LOY KAPEL, se dit « Flower Planner » du mix Fleuriste et Wedding Planner, je m’étais dit que c’était vraiment bien trouvé, comme terme…)

Après Loy Kapel, les fleuristes qui m’ont le plus marqué et où j’aimerais idéalement travailler sont Mandragore (univers/cabinet de curiosité), Mariage de Fleurs(champêtre, la campagne à la ville), et surtout Fleurs de Mars pour leur démarche éco-responsable.

Je suis donc une artiste au sens vaste du terme. Je ne veux pas être une fleuriste classique comme dans les chaînes de typer Jardin des Fleurs, Monceau et autre. Je ne veux pas non plus être fleuriste de luxe comme Stéphanie Desclouds ou Fabrice Normand. Chacun doit accepter sa personnalité. Je suis encore à la recherche de mon style, mais je sais déjà que je ne peux me cantonner qu’à une seule activité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s