Fleuriste ambulante ~ Triporteur

Il existe des Flower trucks mais Bordeaux faisant la part belle aux vélos et notamment aux triporteurs m’incite à choisir cette solution :

  • Le triporteur est bien moins cher.
  • Il n’a pas les inconvénient d’un véhicule (assurance, carburant, embouteillages, etc.)
  • Il est + écolo et ne pollue pas, prend moins de place.
  • C’est aussi meilleur pour la santé de l’utilisateur/trice, avec de l’exercice physique.

 

nihola-de-vente-ambulante (1)

Je suis actuellement à la recherche d’un modèle de triporteur (existant ou sur-mesure) adapté à mon activité ambulante sur des marchés et livraisons de bouquets.

Je réserve également un coin pour de la dégustation et vente en vrac de thés…

Les triporteurs sur-mesure fabriqués par Nihola (situé à Nantes) me paraissent vraiment très fonctionnelsnihola-de-vente-ambulante (3)… mais sont hélas très chers également : 12.000€ minimum – mais c’est le prix de la qualité. A voir plus tard selon mes moyens financiers.

 

L’idéal est bien sûr de bricoler soit-même selon son utilisation. Par exemple, le triporteur d’occasion ci-dessous coûte moins de 2000€.

C’est un triporteur à assistance électrique équipé de deux batteries, pouvant tenir jusqu’à 40km chacune.
La caisse avant est en bois. Elle peut s’ouvrir par le dessus et par l’avant.
Une caisse isotherme est également incluse dans le prix faisant à peu près la dimension de la caisse en bois (10 cm de marge sur le côté).
L’auvent, est entièrement et facilement démontable.
La caisse en vin est également enlevable, elle contenait une batterie permettant de faire fonctionner du petit électroménager.

Poids : 52kg ; Longeur 2m40.
Valeur neuf : 4000€, marque Amsterdamer.

Amsterdamer comme son nom l’indique est une marque hollandaise ; les vélos hollandais étant réputé je me précipite sur leur site.

Je reçois de nouvelles photos du triporteur d’occasion, avant sa customisation :

Cela me paraît plutôt adapté à mon activité. Le triporteur est situé à Toulouse.

Qu’en pensez-vous ?

Publicités

Le Printemps au ‘P’tit Chez moi’

A l’occasion des 1 an du P’tit Chez Moi (rue Notre-Dame à Bordeaux), j’ai pu faire une décoration du salon de thé/restaurant sur le thème du printemps.

 

Création de Ran, Fleur de Thé

Bonjour,

Mon rêve est de créer un salon de thé/fleuriste.Pour cela je n’ai pas encore de local (ni les fonds nécessaires pour…) Je suis à la recherche d’une associé pour partager ce projet.

Je souhaiterais donc avant tout faire de la vente ambulante sur les marchés et de la livraison de bouquets en triporteur. Bien sûr, je dois faire une étude de marché et de faisabilité, ainsi qu’un prévisionnel comptable.

cropped-avatar012.jpg

Voici une prévision de mes différentes activités :

  • Mariage
  • Deuil
  • Evénementiel
  • Vente de fleurs et plantes en pots
  • Conseil personnalisé
  • Vente ambulante
  • Vente de thé
  • Dégustation de thé

Que pensez-vous de mon projet ?
J’attends vos réactions, n’hésitez pas à me laisser un petit mot si vous le souhaitez, cela me ferait très plaisir.

Belle journée 😉

 

Flower artist

Voici mon parcours pour les curieux :

Après des études sur Bordeaux à l’ECV en communication visuelle (2001-2005) option animation/multimédia, j’entre un an en fac de LEA Anglais-chinois à la Rochelle, ma ville natale, en attendant de retravailler mon book – et ainsi espérer continuer des études plus poussées d’arts visuels au Canada.

C’est alors que mon ancien prof d’animation m’informe d’une offre d’emploi chez Asobo studio, studio de jeux vidéo sur Bordeaux formé par des anciens de Kalisto. Youpi, je suis embauchée. Après un déménagement à la Cité Mondiale, des péripéties, une forte expansion surtout dix ans plus tard, je décide de changer d’orientation.

Grâce à mon entreprise et aux organismes de formation, j’effectue un bilan de compétence (ce que je conseille à toute personne une fois dans sa vie)… le résultat me donne une affinité avec la fleuristerie.

J’entame donc une formation de 3 mois chez Formafleurs à Roumagne, près de Marmande. J’effectue 3 stages (La Bouquetière Tome II, Mandragore et Mariage de Fleurs) très intéressants et instructifs qui me confortent dans mon projet. J’avais pour projet de passer le CAP Fleuriste, mais les circonstances font que je ne peux pas y assister. Qu’à cela ne tienne, cela me laisse un an de plus pour réviser ! :]

En cherchant une accroche pour ma carte de visite et en cherchant des références parmi les fleuristes existants je trouve ce terme « FLOWER ARTIST ». (Une fleuriste que j’admire beaucoup, LOY KAPEL, se dit « Flower Planner » du mix Fleuriste et Wedding Planner, je m’étais dit que c’était vraiment bien trouvé, comme terme…)

Après Loy Kapel, les fleuristes qui m’ont le plus marqué et où j’aimerais idéalement travailler sont Mandragore (univers/cabinet de curiosité), Mariage de Fleurs(champêtre, la campagne à la ville), et surtout Fleurs de Mars pour leur démarche éco-responsable.

Je suis donc une artiste au sens vaste du terme. Je ne veux pas être une fleuriste classique comme dans les chaînes de typer Jardin des Fleurs, Monceau et autre. Je ne veux pas non plus être fleuriste de luxe comme Stéphanie Desclouds ou Fabrice Normand. Chacun doit accepter sa personnalité. Je suis encore à la recherche de mon style, mais je sais déjà que je ne peux me cantonner qu’à une seule activité.